[URBEX] | Exploration urbane à Yerevan, au coeur de l'Arménie

Publié le 15. décembre 2017 avec Leica M Monochrome

Comme chaque saison depuis 2 ans, je me rends en Géorgie pour couvrir la Mercedes Benz Fashion Week Tbilissi. Le dernier jour, j’ai loué un véhicule et nous sommes allés explorer les alentours de la frontière russe, à seulement quelques heures de la capitale. Nous avons visité le célèbre musée de Staline, situé dans sa ville natale, Gori. Ce fut une véritable expérience soviétique, comme si l’on y était. 

Après avoir passé 10 jours en Géorgie, j’ai décidé de prendre un taxi pour rejoindre Yerevan par la route (5h30 de trajet). Nous nous sommes arrêtés une dizaine de fois en chemin pour prendre des photos d’architecture (je suis passionné par le mouvement brutaliste), principalement des monuments et autres bâtiments construits pendant l’URSS, qui sont depuis totalement laissés à l’abandon. Pendant ce périple, les prises de vues étaient magnifiques, car nous étions alors entourés de montagnes et nous sommes aussi passés par un nombre assez important de petits villages, aussi déserts les uns que les autres.

Une fois arrivé à Yerevan (j’y suis resté seulement 3 jours, mais j’ai été très productif), j’ai traversé la ville de long en large à la recherche d’architecture. C’est vraiment une ville extraordinaire et très intéressante en termes de constructions. Accompagnée de mon amie Lucie, actrice/artiste locale rencontrée à New York en 2014, nous avons exploré la scène locale et elle m’a même présenté à une galerie d’art qui travaille avec de nombreux artistes internationaux pour une éventuelle exposition en 2018. Je retournerai à Yerevan dès que possible pour terminer ma série de photos, entre autres.”

Biographie

Photographe résidant entre Paris et Brooklyn - lorsqu’il n’est pas dans l’avion.

 

Né et grandi à Sète (34) en 1985, Julien Boudet n’a commencé la photographie qu’une fois installé de l’autre côté de l’Atlantique, à New York City. Après avoir obtenu un DUT de Techniques de Commercialisation dans le sud de la France, il décide de partir à l’aventure aux USA en 2008 et se découvre une nouvelle passion pour la photographie. Il retourne à l’école en 2011, suivant des classes de photo et mode à la prestigieuse école Parsons à Manhattan. Rapidement orienté vers la mode, il commence à couvrir la Fashion Week de NY puis celle de Paris, Milan, Londres, Tokyo, Tbilissi, Kiev, Copenhagen… Ses photos sont régulièrement publiées dans les magazines telles que Elle US, W Magazine, CR Fashion Book, Document Journal, Hypebeast, Highsnobiety, NSS Magazine…L’une de ses photos de mode est actuellement présentée au MoMa à NYC au sein de l’exposition “is fashion modern,” visible jusqu’au 28 janvier 2018. 

 

Amené à voyager dans les 4 coins du globe pour son travail, il commence à prendre des images d’architecture entre 2 shootings de mode, acquérant ainsi petit à petit une collection de photos de bâtiments brutalistes très variée et complète. En juin 2017 il publie son premier ouvrage consacré à l’architecture en collaboration avec la marque basée à Los Angeles, Stampd, intitulé “dialogue through forms.” Le livre sera lancé à la boutique Adidas dans le marais et vendu exclusivement chez Colette pour la France. 

 

Aujourd’hui, il continue à travailler principalement dans la mode (éditorials, campagnes, street style…) pour des clients tels que Adidas, Shiseido, Thom Browne, Uniqlo, Jimmy Choo, tout en travaillant sur des projets personnels en parallèle. “Bleus Visages” est l’un d’entre eux, sur lequel il a passé plus de 3 ans et qui sera exposé dans sa ville natale, Sète, en juillet et août prochains, après la sortie du livre de cette même série fin juin 2018 à Paris. Ce sera alors sa première exposition individuelle, à 33 ans.

Son instagram : https://www.instagram.com/bleumode/