Pablo Baquedano | Les Ardennes

Publié le 3. octobre 2017 avec Leica Q, Leica M

C’est à la sortie de mon école et grâce à mes premiers travaux de commande que le projet d’investir dans mon premier Leica s’est dessiné. Le projet La France vue d’ici approchant à grands pas, je me disais alors que c’était le moment de m’équiper comme j’en rêvais depuis longtemps.

Le Leica était pour moi une évidence : je voyais déjà mon futur reportage à la façon d’un road trip et l’idée était de ne pas m’encombrer avec trop de matériel, voyager léger.

Peu de temps avant mon départ, j’achète alors un Leica M240 avec un 35mm Zeiss Biogon. Sur le terrain, je suis conquis, c’est un vrai compagnon de route. Légèreté et discrétion, il passera les trois premières saisons de mon reportage autour de mon coup ou sur le siège passager de la voiture à sillonner les terres ardennaises.

Le reportage Ardennes s’est construit au jour le jour et au fil des rencontres. Même si je tenais un petit road-book afin de fixer quelques destinations, monuments, personnages emblématiques, etc. l’idée était avant tout de me laisser bercer par les routes de ce département qui m’était jusqu’ici complètement inconnu.

J’avais du temps et je comptais bien en profiter. D’autant plus que l’accueil sur place est chaleureux, il est donc facile de faire de belles rencontres. Je dors chez l’habitant ce qui m’aide dès mon arrivée à prendre mes marques. Jean-Paul m’accueillera un long moment dans sa famille. Il m’ouvrira les portes de sa forge et me fera la tournée des usines emblématiques du coin, mais également des nombreuses friches industrielles. Il fait partie de ces personnes qui te font confiance et qui t’ouvrent énormément de portes.

Même si je me régale à faire des photos, je garde en tête tout le long que je ne suis pas chez moi. C’est délicat pour certains de voir un jeune photographe travailler et parler d’un territoire qui n’est pas le sien. Un journal local me soutiendra tout le long et donnera des nouvelles après chacun de mes passages. Un réel soutien pour moi.

Après l’hiver je me sens déjà très bien sur place, on prend très vite ses habitudes. Je vis l’expérience clairement comme un petit road-trip, peu de réflexion en amont, je laisse la surprise construire mon reportage.

Tout au long du reportage, c’est le contact avec les gens qui me motive et oriente ou réoriente ma route. Pour moi la photo c'est de l'échange. C’est pour ça qu’une grande partie de mes images est constituée par les portraits. Chacun de ces portraits est le fruit de plusieurs rencontres différentes qui se sont prolongées sur des journées entières ou qui témoignent d’un seul instant partagé. Le caractère très bref des légendes sert aussi à ce que les gens se figurent la rencontre à leur guise.

Pour la dernière saison, un peu de changement puisque je pars avec un Leica Q et son 28 mm. Il me faudra m’approcher un peu plus, mais sans stress puisque c’est une focale que j’affectionne particulièrement. Certains sont surpris par mon choix, mais pour moi c’était une évidence : l’idée était de profiter de son autofocus pour capter plus d’énergie et faciliter les photos en situation plus compliquée, les prises de vue en mouvement et les soirées en tous genres et en tous lieux.

Au cours de ce reportage ardennais, il est clair que j’ai trouvé l’outil de travail qui me correspond pleinement et avec lequel j’ai construit les projets qui ont suivi dans le cadre du Tour de France et dans les night-clubs.

 

Photos au Leica M240 

 

Photos au Leica Q

 

 

Biographie – Pablo Baquedano

Né en 1988 à Toulouse, Pablo fait ses études de praticien photographe à l’ETPA dont il sort Grand Prix en 2014. Tout au long de ses trois années de formation, encadré par des professeurs d’exception, il rencontre de grands noms de la photo et forge son goût pour le reportage et l’image documentaire.

À la sortie de l’école, il intègre le projet La France VUE D’ICI, un récit photographique sur le territoire et ses habitants préparé en collaboration par Mediapart et ImageSingulières entre 2014 et 2017. Il navigue actuellement entre ses reportages et des travaux de commande.

Présentation du projet - Les Ardennes

Ce reportage sur les Ardennes s’inscrit dans le cadre du projet artistique et citoyen La France VUE D’ICI, un récit photographique de la France d’aujourd’hui porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et le journal Mediapart. Ce projet collaboratif a donné forme à un grand témoignage sur la société française actuelle, fruit du travail de 25 photographes et de nombreux acteurs de la vie culturelle et du journalisme.

Parmi tous ces travaux, la série « Ardennes » s’est construite dans le temps et à travers les déplacements du photographe. Dans un département où la crise se fait sentir peut-être plus qu’ailleurs, il s’agissait alors de donner une image du quotidien et de documenter la vie de ces villes, de ces femmes et de ces hommes, au fil des saisons, entre l’hiver 2014 et le printemps 2016.