Cédric Roux - Istanbul au Leica Q

Publié le 30. mars 2018 avec Leica Q

Série faite du 19 au 22 mars 2018 au Leica Q.

L’optique 28mm du Leica Q est un vrai plus pour capturer des scènes de rues à Istanbul tant il se passe plein de choses à chaque coin de rue. De plus, la simplicité du Q permet de modifier ses réglages très rapidement pour s’ajuster en fonction des changements de lumière suivant les ruelles que l’on emprunte. Aussi, avec la très bonne autonomie du Q, on ne s’empêche pas de déclencher très souvent et il y a matière, ainsi on se sent libre dans sa pratique, pas freiné par une contrainte technique. Enfin, l’extrême rapidité de l’AF nous apporte une tranquillité non négligeable si l’on souhaite ne pas faire sa mise au point manuellement ce qui peut des fois nous faire rater des scènes.
 

Istanbul souls.


Istanbul, plus de 14 millions d’âmes qui se croisent et se côtoient en toute quiétude, à cheval sur deux continents, trois rives et sept collines.
On est immédiatement captivé par le rythme et l’énergie qui parcourt la ville
Istanbul est un spectacle de rue permanent, ça grouille, tout se passe sous nos yeux et les ruelles sont prises d’assaut par les commerçants en tout genre, les chiens et les chats errants se mêlent aux porteurs, les pigeons et les mouettes offrent également des éléments à incorporer dans les images à composer et recomposer à chaque instant. Là-bas, l’appareil photo n’est pas un ennemi, les gens vivent leur vie sans faire attention aux autres. C’est ce que j’ai essayé de montrer au travers de cette série.
 

 

Biographie Cédric Roux

Passionné de photos de rue depuis de longues années, j'ai mis longtemps à oser en faire, par peur de ne pas réussir à saisir les scènes de vie comme je le souhaitais, et aussi, un peu par timidité. Il a fallu attendre mon 1er voyage d'une semaine à New York au printemps 2012 pour enfin oser braver mes craintes. J'ai toujours été attiré par les images de rues américaines, je ne pouvais plus reculer. Un 2ème voyage en 2013 a fini de me donner le virus. Les réseaux sociaux m'ont permis de montrer mes images à de nombreuses personnes et ainsi d'avoir de multiples retours qui m'ont donné envie de continuer dans cette voie tout en structurant un peu mieux mon approche.

Finaliste de divers festivals internationaux, mon travail de rue a été exposé en galerie ou musée à Miami, San Francisco, Londres, Dublin, aux beaux-arts de Rouen ainsi que dans le métro parisien et dans les rues de Marseille dans le cadre de divers événements. Pour 2018, il sera visible au moins à Rome, Milan, Paris et Toulon au sein de festivals ou lors d'expositions à venir.

Mon travail documentaire a été publié dans le magazine AMERICA et FRANCE-AMERIQUE Magazine.

Curieux de nature, la photographie est devenue une excuse pour voyager, principalement aux Etats Unis et en Europe pour montrer la place de l'humain dans le monde actuel : dans son environnement en perpétuelle évolution et dans ses relations avec ceux qui l’entoure. Ainsi, en 2018, hormis ma traditionnelle visite New Yorkaise, et après cette courte escapade à Istanbul, je vais découvrir Tel Aviv, et La Havane pour y découvrir de nouvelles façons de vivre ensemble.

Longtemps indécis car jamais réellement satisfait de mes divers appareils, j'ai décidé en 2017 de faire le grand saut vers Leica et de faire du Q mon nouveau partenaire, pour mon plus grand bonheur.

 

D'autres articles de blog